Communiqué de Presse de l’USDS-AS CGT 69

Depuis plusieurs mois la colère monte chez les salariés de la santé, de l’action sociale et des EHPAD. Ce début d’année est marqué par des grèves dans notre département mais aussi à travers tout le pays. Grève des EHPAD, grève à Lyon Sud, grève à HEH, grève à la Croix Rousse, grève à St Luc-ST Joseph, grève au Vinatier, grève à la sauvegarde de l’enfance…

De partout ce sont les mêmes constats, les mêmes revendications : manque de personnels, fermetures de services, manque de lits, manque de moyens, conditions de travail déplorables, l’hôpital usine, les soins à la chaîne, la pression institutionnelle, les salaires gelés, l’insécurité, l’impossibilité de poser ses repos et congés… Alors que les personnels triment toute l’année jour et nuit, fériés et week-ends, ce n’est plus tolérable ! ! !… Combien de burn-out, de suicides, de décès de patients par défaut de prise en charge correcte faudra-t-il pour que les pouvoir publics prennent leurs responsabilités ? La mise en place des GHT ne fait d’empirer les choses !

Les personnels veulent simplement pouvoir faire leur travail correctement et accueillir les patients, les résidents dans des conditions dignes.

La financiarisation de notre secteur, les réformes successives depuis plusieurs années ont saigné à blanc toutes nos structures, notre système de santé. Le président Macron, ment sans aucune gêne en disant qu’il ne touchera pas à l’hôpital. Nous rappelons que le gouvernement a prévu 4 milliards d’économies pour la santé et 1,4 milliard pour l’hôpital en 2018 alors que la population augmente et que les besoins en santé augmentent. Il faut stopper toutes ces économies, le point de rupture est depuis trop longtemps déjà atteint.

Lors de la crise des banques en 2008, le gouvernement a donné des milliards aux banques pour les sauver du naufrage, aujourd’hui il doit pouvoir faire la même chose pour la santé. 30 milliards d’exonérations de cotisations sociales offerts au patronat, le CICE, c’est autant d’argent qui ne sert pas à financer les services publics, la sécurité sociale.

Alors que le gouvernement remet en cause les conventions collectives et qu’il prévoit une réforme des fonctions publiques pour 2019 (salaires au mérite, fin des CHSCT, embauches prioritaires de contractuels et non plus sur le statut, licenciements, suppressions massives de postes, mobilité imposée et accrue) L’USDS-AS CGT est solidaire du mouvement de grève des cheminots, des étudiants et de tous les salariés en lutte. Nous condamnons également les violences et la répression subies par les étudiants. Ils doivent pouvoir se réunir, débattre et militer librement.

Nous appelons à la convergence de toutes les luttes et à la manifestation du 1er Mai à 10h00 place Jean Macé.

Lyon, le 27 avril 2018

Imprimer cet article Télécharger cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *